Ma femme nue, ligotée, enculée...

Ma femme nue, ligotée, enculée...

En...culée

 

 Bonça va probablement être un de nos albums les plus crus et les plus hots, mais il va faire le bonheur d'innombrables admirateurs !...

En effet, les derniers sondages furent assez éloquents... Sur un total de plus de 1500 visiteurs du blog qui ont participé et voté:

     - 51% aimeraient voir Alexa toute nue

     - 58% préfèrent son magnifique cul

     - 56% aimeraient la voir se faire enculer

Alors, voici à la demande de la majorité, un album qui va satisfaire vos fantasmes les plus fous: Alexa à poil, exhibant son fabuleux postérieur, et se faisant profondément défoncer le petit trou, pour votre plus grand plaisir...

enfin... le mien surtout !!

 


Bon, quand on trimballe un cul pareil derrière soi, faut pas trop faire la fine bouche et se poser des principes trop astringents, parce que bon... 


Par la force des choses, un jour ou l'autre, par pur accident ou pure préméditation, ce cul va forcément recevoir une visite pour le moins impromptue !!


Eh oui, c'est dans la suite logique des choses, c'est de la physique (ou plutôt du physique) pure et simple, mais un fessier pareil constitue un aimant a bites, et tout mâle normalement constitué 10cm sous la ceinture ne peut nier rêvasser jour et nuit de pouvoir enfouir son orgueil au plus profond de cette merveille, dont Mère nature a doté sa compagne !!


Bon, le tout, c'est de savoir s'y prendre sans effaroucher la proprio dudit fessier, et sans provoquer de casse malencontreuse.

A ce stade-là, il s'impose de contrôler son rythme, de marquer une pause, question de prendre une grande inspiration, de s'adapter aux sensations... profondes, et à la vue... euh, imprenable qui vous assaillent.

Sur ce, je vous laisse respirer jusqu'à la prochaine photo...


Le plus dur, dans toute démarche, reste le premier pas... Une fois le gland forçant l'entrée, le "gros" du travail est fait, le matériel est en place...


Irrémédiablement planté dans cette magnifique croupe, vous êtes maitre de la situation, votre cavale dans l'incapacité d'esquisser le moindre geste, essayant de s'acclimater autant que possible à cette invasion profonde et brutale, à ce pieu qui lui distend les chairs et lui défonce le sphincter... 


Le reste n'est que patience et maestria: Investir un cul pareil, lentement mais sûrement, centimètre par centimètre, aux aguets du moindre gémissement, du moindre râle, en sachant contrôler ses ardeurs bestiales, exige un self-control qui n'est pas à la portée du premier venu... Avis aux novices.

C'est comme déboucher une bouteille de champagne (sauf que là, c'est le processus inverse), il faut savoir y faire pour ne pas gicler partout et gâcher l'occasion en arrosant l'assistance (bien que l'alternative ne manque pas de charme, mais au final, après avoir savouré quelques "culs-secs").

Une fois que vous êtes en mesure de contempler une vision pareille, la belle ahanant allègrement au rythme des va-et-vient fermes mais réguliers de votre bite dans son divin postérieur, vous avez franchi le cap Horn-y...

 Le reste n'est que pur bonheur...