Ma femme nue, ligotée, enculée...

Ma femme nue, ligotée, enculée...

Jeu de lumière

 

Une série qui fait suite à Contrejour, tout aussi délicieuse et délirante !!

Régalez-vous...

 


Une femelle sublime, des courbes hallucinantes, une pose irrésistible, des accessoires minimaux mais judicieusement choisis, et une ambiance humide nimbée d'érotisme...

Voilà les ingrédients indispensables pour réussir un cliché pareil...


Faudrait y ajouter des nerfs d'acier pour le photographe, pour arriver à contrôler sa fougue et son ardeur instinctives face à une vision pareille, juste le temps de parachever la séance-photo (faut pas abuser, n'est-ce pas?)...


Ce rayon de soleil qui lui caresse si indifféremment le galbe de ses hanches et de ses fesses ne connait pas son bonheur...

Ce qui inévitablement augmente la révolte et l'impatience du photographe...


Soudain, l'époustouflante créature s'anime, répond aux caresses de ce crépuscule goujat mais ô combien doucereux et flatteur...

Ce qui, du coup, signifierait la fin du calvaire au malheureux (ou serait-ce plutôt bienheureux) photographe, votre humble serviteur en l'occurrence...

Sauvé par le gong ?...


 Eh bien, non...

Parce qu'en fait, la nouvelle posture adoptée par la coquine n'en est que plus irrésistible...

Une invitation - que dis-je, une provoc - explicite, flagrante, directe et qu'il serait tout naturellement malséant de dédaigner.

Excusez-moi, mais je me dois d'agir en bon gentleman que je suis... Galanterie exige...


 "Rien n'est plus délicieux que l'attente de ce qui parait inéluctable..."